Fête du Pain à MENSIGNAC 2019

 

La fête du pain proprement dite a lieu sur 3 jours, autour du 14 juillet. Elle est précédée de 3 jours de sorties à travers le Périgord, pour ceux qui le souhaitent.

Mardi 9, Mercredi 10 et Jeudi 11 juillet

          3 couples (Michèle et Daniel, Mado et Manuel, Anne-Marie et René) se mêlent à une soixantaine de personnes venues de différentes régions de France pour partager 3 journées bien remplies de sorties en car, de « graillous », de visites de châteaux et de démonstrations.

 

 

           Le lendemain : journée au château de Monbazillac, au sud-ouest, dans le Périgord pourpre. Bâti  en haut d’un coteau qui surplombe la vallée de la Dordogne et au loin la ville de Bergerac. A ses pieds s’étendent majoritairement, orientées est-Ouest, les vignes de la prestigieuse appellation. Propriété de la Coopérative vinicole – 52 producteurs- ce sont ses membres qui veillent à son entretien et à sa rentabilité                            

 

 D’abord, le château de Jumilhac à 70 km  au nord, dans le Périgord vert. Posé sur une forteresse rocheuse au sein du petit village, il nous accueille dans une cour à la géométrie incertaine. Propriété des Comtes de La tour du Pin il a subi au fil des ans des agrandissements -2 ailes latérales-, des embellissements –lucarnes renaissance, faîtières de toit, larges ouvertures donnant sur les jardins à la française ...       

           La visite débute dans les jardins où nous errons librement, se poursuit dans les salons, chambre et cuisine où trônent des meubles importants, des ustensiles de cuisine en cuivre, des tentures murales…

          A la mi journée, le repas servi sur la place du village avec le château pour décor a honoré le canard gras. Un succulent pain de semoule escorté de chantilly a clos cet  arrêt à l’ombre d’un chapiteau. L’après-midi a fait la joie d’apprentis orpailleurs dans le ruisseau en contrebas du château avec Philippe ROUBINET. Tous ceux qui ont participé ont ramené dans un petit tube des paillettes d’or, de minuscules grenats et micas.

 

 

  Ils assurent les visites : à l’intérieur : sur 3 niveaux, en passant de salle en salle on peut admirer de beaux meubles style Louis XIII posés sur d’épais parquets de chêne bien lustrés. Aux murs, des tentures anciennes, des dessins caricaturistes de SEM. Quelques salles sont réservées à des artistes : l’ acteur MOUNET-SULLY, ou contemporains. A la cave : une exposition sur le vin, les outils de la vigne, l’histoire du vignoble et de ses hommes. Comme il se doit, la visite se termine par une dégustation de 2 vins blancs liquoreux, accompagnés d’un toast au foie gras et l’achat de bouteilles au magasin.

Pour le copieux et succulent repas de midi, nous nous rendons au restaurant le Tuquet à Bouniagues et 2 heures plus tard nous remontons au château  pour une visite dans les vignes. Un adhérent nous donne quelques informations techniques. 3 cépages : sémillon, muscadelle et majoritairement sauvignon, la zone de l’AOP s’étend sur 5 communes : Montravel, Saussignac, Rosette, Pecharmont et bien sûr Monbazillac. Il faut 4 000 pieds / ha, cueillis  à la main, tard en saison quand le botrytis Cinerea -ou pourriture noble- recouvre les grappes. Le rendement attendu est de l’ordre de 30hl/ha.

         La journée se termine par la visite des caves situées en contrebas à environ 1 km. Equipées de matériel récent, performant elles réceptionnent et stockent le vin des producteurs du secteur. Le passage par le magasin permet de compléter les achats du matin.

 

 

 

 

   3e  jour : les grottes de Villars ou la magie de l’eau et du temps dans le Périgord blanc. Richement ornées de concrétions de calcite et de quelques peintures rupestres, elle n’a été découverte qu’au siècle dernier. Explorée sur 13 km, elle n’est aménagée pour les visites que sur 600 m. A mi chemin, un spectacle son et lumière permet de comprendre les mécanismes géologiques  et d’érosion par le cours d’eau qui sont à l’origine de ces grottes.

              A l’entrée ou à la sortie, le jardin préhistorique présente l’homme de Cro-Magnon, quelques animaux préhistoriques –rhinocéros laineux, mégalo cerf, bisons…On peut s’attarder à la lecture de panneaux botaniques pour la reconnaissance de quelques espèces végétales, répondre à différents quizz le long des chemins aménagés. Le magasin propose une belle collection de cailloux, de divers bijoux, des livres illustrés…           Pour le repas de midi, nous descendons à la ferme auberge de Faye près de Brantôme pour déguster diverses préparations autour du canard gras. Bien rassasiés nous avons apprécié d’être assis et à l’ombre pour suivre une démonstration de préparation de foie gras, de découpe de tournedos de magrets… avant de retourner sur l’aire  de la commune, gracieusement mise à notre disposition par la municipalité de Mensignac où nous attendaient « des compagnons de route ». C’était une joie de les retrouver ces 7 équipages -parmi les 130 autres CC-  venus spécialement pour la fête du pain. En soirée, Monique - l’organisatrice- aidée de Maïté et leurs époux nous ont invités à un apéritif de bienvenue –comme ils savent bien le faire-  pour les retrouvailles et pour nous présenter un couple de nouveaux adhérents.

 

 

Vendredi 12 : farniente.

               Les lève-tôt vont chercher du pain au village et faire un tour entre le moulin et le four où aura lieu la fête.   A 10 h, un viticulteur des « Francs coteaux de Bordeaux» est venu sur l’aire proposer quelques bouteilles de sa production. Compte-tenu du temps chaud et lourd et de l’absence de bruits de bavardages, on peut supposer que de 14 h à 16h 90% des A3C piquaient un roupillon… avant d’attaquer une pétanque.

            En soirée, à la fraîche, c’est d’un pas alerte que nous montons jusqu’à la Salle Polyvalente avec le secret espoir de ramener un des lots de valeur mis en jeu pour de loto. Au moins 1 200 participants, la soirée est un peu longue, entrecoupée de parties spéciales. Nous descendons bredouilles sur le chemin mal éclairé. Il est très tard.

        

 

 

 

Samedi 13 juillet : la fête foraine bat son plein

          Pas d’obligation avant 11 h 30 où nous partons pour prendre en commun le repas proposé par le Comité des fêtes. Après le repas, les plus hardis,- je veux dire ceux qui se sentent, à leur âge,  avec un cœur et un estomac de 15 ans- se sont  aventurés sur le manège qui tourne beaucoup et monte très haut, vous savez ceux qui vous donnent le vertige et des remous dans l’estomac. J’en connais qui s’en souviendront.

          Toutes les attractions sont gratuites et il y en pour tous les goûts et toutes les envies : manèges, stands de tir, stands de dégustations des plats préparés par Philippe « master chef » jusqu’aux sucreries et friandises colorées, chapiteaux de jeux d’adresse, cirque, cabaret équestre, thé dansant… et bien sûr la cuisson du pain au feu de bois.

           Après une brève sieste et un brin de toilette, c’est d’un pas léger que nous repartons pour une soirée de divertissement  en essayant de chantonner mais les mots sont rares et l’air est un peu faux. Nous allons écouter Frédéric François. Le spectacle est enchanteur, nous avons bien chanté ou fredonné des la la la … quand les mots ne venaient pas. La soirée se termine par un beau feu d’artifice ; il est minuit passé.  La vie est belle : spectacles et repas au restaurant.

 Dimanche 14 Juillet : Et la fête continue.

           Tandis qu’un peu partout en France il y a ce matin  le défilé du 14 juillet, ici nous passerons en revue les stands des exposants du vide grenier. Quand on monte pour le repas de midi on sait qu’on va passer une bonne partie de la journée là-haut si on veut assister aux spectacles du cirque et à celui d’Olivier VILLA.  En soirée c’est Mickael JONE qui donnera un concert avant le brillant feu d’artifice qui sera tiré pour clore les festivités.

            Demain il faut prendre le chemin du retour vers notre région bien aimée, très heureux d’être venus pour la fête du pain, d’avoir un peu sillonné la Dordogne et d’avoir fait de belles rencontres. Merci à nos organisateurs : Jean-Claude de Mensignac qui a fait un travail phénoménal avec sa toujours souriante épouse, et Monique qui a assuré le relai.

 

                                                                                  Rédaction et Photos : Anne Marie et René J.

Le mot de l’organisatrice :

20 compères ravis par cette semaine, s'amusant comme des grands enfants dans cette ambiance qu'est la fête du pain, passant des manèges au cirque, au romantisme avec Frédéric François, à l'ambiance cabaret d'Olivier Villa et finissant en beauté avec Mickael Jones et ses musiciens déchaînés, que demander de plus.
Nous avons osé, nous avons fort apprécié et sommes partis en nous disant ...à renouveler.

Merci à toutes et tous pour cette belle convivialité, merci à Jean- Claude et Lionel pour ces magnifiques journées.

                                                                                                                  Monique D.

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© ARIEGECAMPINGCARCLUB / A3C